Livres ~ Philippe Grimbert / Un secret

 

Autobiographie ou autofiction ?
Un Secret
, prix Goncourt des lycéens 2004, est donné comme un "récit autobiographique". Philippe Grimbert livre une intéressante interview à propos de la genèse de cette histoire (in Dossier pédagogique d'Olivier Brunet au Livre de Poche), ou comment dire plus vrai en changeant la réalité des faits.

Extraits :

L'écriture de ce roman vous a-t-elle fait avancer dans la relation à votre histoire ?

J'ai longtemps été dupe ou victime de cette histoire. Grâce à ce livre, j'ai pu en devenir l'auteur et lui redonner ses articulations. Maintenant, cette histoire a un sens pour moi. [...]

Donc, c'est toujours une fiction.

Ah oui, c'est évident ! On ne peut connaître son histoire qu'à travers une fiction. Le mémoire elle-même étant toujours une fiction. Quand je raconte ça aux lycéens, ils sont surpris. Mais le souvenir est toujours une reconstruction. Les deux témoins d'une même scène n'ont pas vu la même chose. Chacun reconstruit la scène d'une manière différente. [...]

L'épisode du chien en peluche raconté dans le livre (lorsque le petit garçon appelle ce chien Sim, diminutif du prénom du frère disparu) m'est réellement arrivé. Mais à l'époque, je n'ai pas employé le diminutif Sim. Dès que j'ai eu le chien dans les mains, je l'ai appelé Simon. Ce frère disparu était donc déjà là en moi. Je connaissais son existence tout en sachant qu'il ne fallait pas savoir. C'est justement ça qui me faisait souffrir. Et là, pour le coup, le roman, qui d'habitude condense, ajoute ou métaphorise pour rendre plus spectaculaire, fait le contraire. Je me suis dit qu'il ne fallait pas appeler le chien Simon, car c'était trop gros. C'est pour cette raison que j'ai choisi le diminutif.

Vous avez «rabattu» la réalité pour lui conserver une crédibilité.

Oui. On a parfois besoin de souligner quelque chose pour que ce soit entendu. Sur d'autres aspects, on a besoin de rabattre la réalité pour la rendre crédible. Et encore, je n'ai pas évoqué dans le livre mes amitiés répétitives avec des enfants qui avaient le même prénom que mon frère disparu. J'étais systématiquement attiré par les camarades qui portaient ce prénom.

 

Philippe Grimbert / Un secret (Grasset 2004)

Acheter le livre sur Amazon (sans l'interview, le Dossier pédagogique d'Olivier Brunet en Livre de Poche étant réservé aux professeurs)

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site